Le choc des générations

J’attendais mon tour aujourd’hui chez le médecin et j’ai été témoin d’une scène aussi incroyable que banale. Un petit garçon frappait _je m’exagère pas, il frappait vraiment et à plusieurs reprises_ sa grand-mère chargée de le surveiller alors que sa mère se faisait ausculter et la seule réaction de la vénérable dame a été de rire sous les coups du petit morveux.

 

Cette scène m’a vraiment choquée et pourtant, j’ai déjà été confrontée à cette violence et ma mère, institutrice en maternelle, m’a déjà rapporté des cas similaires de violences entre enfants.

 

Pour remettre les choses dans leur contexte, la Réunion est une société qui a connu une avancée spectaculaire sur le plan de la technologie en très peu de temps mais donc les mentalités n’ont pas évoluées aussi vite.

 

Ma mère a vécu dans une case en tôle sans eau courante ni électricité, a fait partie d’une fratrie de 10 enfants et n’a pas connu que de bons temps. Mais elle s’est battue dans la vie pour arriver là où elle en est. Des informations que je grapille, j’ai compris qu’il était assez répandu d’avoir une éducation “musclée” et “sévère” dans les familles réunionnaises. Mais en à peine deux générations, c’est aujourd’hui l’enfant-roi qui prime. La violence est donc partout car un enfant-roi non-satisfait _et sa patience est extrêmement limitée_ a très rapidement et facilement recours à la violence.

 

Enfin, il se pourrait que je fasse face à ces deux feux, des enfants-rois terribles et des parents à la poigne de fer, plus tôt que prévu car un poste de prof d’anglais m’intéresse en bas de chez moi !

Écrire commentaire

Commentaires : 0