Refuge musical

J’écoutais "Airbag" de Radiohead hier dans le train. J’ai été immédiatement transportée à mes 17 ans avec ma meilleure amie. Cette période de ma vie a acquis un statut mythique.

 

J’étais en train d’oublier à quel point la musique est un refuge intemporel. Surtout avec la musique classique. J’ai eu la chair de poule en écoutant la version magique de Klaus Nomi de "Samson et Dalila". Sa voix est tellement particulière et c’était un tel personnage.

 

Ca m’a rappelé à quel point ça me manque d’être secouée de sanglots après un opéra grandiose à l’Opéra Bastille. Même ces terribles consommateurs quittant rapidement la salle, pressés de prendre leur taxi et de reprendre le cours d’une routine ordinaire au plus vite, incapables de savourer le moment et tous les sentiments puissants en découlant, ceux-là me manquent.

 

Oui, je devrais penser au positif. Hier, au boulot, j’ai servi et j’ai discuté peu avec un client et j’ai peut-être un boulot pour quelqu’un d’autre via ce contact.

 

J’aurais apprécié que mon aide en école de journalisme pour certaines personnes m’ait été profitable. Je ne peux pas dire que je regrette mais dans la majorité des cas, les gens ont souvent la mémoire courte. Mais je ne suis dans des rapports calculés…

Écrire commentaire

Commentaires : 0